Une panne sur le réseau Orange provoque actuellement des instabilités lors des inscriptions et accès à l'espace membre. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.
Votre recherche :

Des thermites classiques aux composites interstitiels métastables

Article paru dans l'Actualité Chimique N°299 - juillet 2006
Rédigé par Denis Spitzer Marc Comet

Les thermites sont les matériaux non nucléaires possédant le plus haut potentiel énergétique volumique connu (10-25~kJ~cm-3). Elles sont constituées d’un oxyde métallique peu stable et d’un métal réducteur très oxophile. A la différence des compositions énergétiques explosives, les thermites ont une densité élevée, ne détonent pas, possèdent une vitesse de combustion relativement lente, ne génèrent que peu ou pas de gaz et sont peu sensibles vis-à-vis des sollicitations thermiques ou mécaniques. La décomposition des thermites est une réaction d’oxydoréduction entre phases solides. La cinétique de la combustion est gouvernée par l’échange de matière entre l’oxydant et le réducteur. Pour cette raison, la nanostructuration des phases induit un gain substantiel en terme de vitesse de combustion, certains composites interstitiels métastables (CIM) pouvant brûler à 895~m~s-1. L’objet de cet article est de présenter les techniques et les problèmes inhérents à l’élaboration de ces thermites de nouvelle génération.

Télécharger l'article