Une panne sur le réseau Orange provoque actuellement des instabilités lors des inscriptions et accès à l'espace membre. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.
Votre recherche :

Les bispidines et les ions métalliques: un mariage qui dure

Article paru dans l'Actualité Chimique N°459 - février 2021
Rédigé par Nonat Aline N.

Cet article décrit comment, au cours de ces dernières années, la chimie des bispidines, combinée à la chimie de coordination et à la radiochimie, a ouvert la voie à un nouveau domaine d’application des bispidines~: l’imagerie médicale. Deux exemples d’applications sont présentés~: l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie à émission de positrons (TEP). Pour chacune de ces deux techniques, un ion métallique (Gd, Mn pour l’IRM ou un radioisotope pour la TEP) joue le rôle principal de «~reporter~» car c’est lui qui est à l’origine du signal.

Cependant, ces ions ne peuvent être utilisés dans leur forme libre et doivent être «~encagés~» (complexés) par des molécules organiques afin de former des adduits résistant à la dissociation in vivo. Grâce à leur squelette rigide et préorganisé, les bispidines sont de bons candidats pour la complexation des métaux.

Aline Nonat a reçu la Médaille de bronze du CNRS en 2019.

Ajouter au panier, 4€