Votre recherche :

Franco-Allemand

– Présentation
Le Prix franco-allemand « Georg Wittig – Victor Grignard » est un prix bisannuel, créé en partenariat avec la Gesellschaft Deutscher Chemiker (GDCh). Il est remis en France à un chimiste allemand chaque année paire, et en Allemagne à un chimiste français chaque année impaire. L’octroi du prix, selon l’accord réciproque passé avec la GDCh, est couplé avec la venue en France du lauréat allemand pour trois conférences dont les titres et dates sont diffusés par les canaux habituels de la SCF.
Selon le souhait des lauréats, L’Actualité Chimique pourra publier une mise au point relative à leurs travaux récents.
Les candidatures doivent être présentées par une section régionale ou une division scientifique de la SCF.
Le jury est le même que pour les Grands Prix nationaux de la SCF. Il est constitué de sept personnalités internationalement reconnues, membres de la SCF, dont la liste est soumise à l’avis du conseil d’administration de la SCF. Le jury peut s’entourer d’avis extérieurs, essentiellement en provenance de l’étranger. Les critères habituels de sélection des dossiers et de classement des candidats par le jury sont communiqués au conseil d’administration.
– Modalités d’attribution
Le jury a à sa disposition la liste des prix attribués les dix années précédentes, avec le profil scientifique des lauréats. Chaque candidat fait l’objet d’un rapport qui doit mettre en lumière ses qualités scientifiques et son aptitude à recevoir ce Prix, dont une collaboration avérée avec des chimistes français ou des échanges avec la France est un des critères.
Ces rapports (2 pages au maximum) seront transmis au bureau de la SCF pour communication aux membres du conseil d’administration.
Le coordonnateur du jury présente ensuite un rapport global et une proposition de classement des candidats devant le conseil d’administration.
Le choix définitif est, autant que faire se peut, entériné de manière consensuelle après discussion en présence du coordonnateur du jury.
Si besoin est, un vote à bulletin secret est effectué à la majorité absolue des suffrages exprimés pour les deux premiers tours du scrutin.
Le jury doit par la suite fournir un court texte de justification concernant les lauréats pour diffusion externe.
– Communication des résultats
Peu après le conseil d’administration et que les lauréats aient été personnellement informés, les résultats sont annoncés sur le site Internet de la SCF et présentés dans L’Actualité Chimique accompagnés du texte de justification.
– Remise des Prix
La remise des Prix binationaux a lieu dans le cadre de la cérémonie solennelle des Grands Prix de la SCF, généralement au 2e trimestre de l’année suivante. Une mise au point sur les travaux récompensés peut être publiée dans L’Actualité Chimique après accord entre chaque récipiendaire et la rédaction de L’Actualité Chimique.


Le lauréat 2020

Walter Leitner

Son parcours

Après avoir obtenu sa thèse de l’Université de Regensburg (1989) sous la supervision d’Henri Brunner, effectué un postdoctorat au « Dyson Perrins Laboratory for Organic Chemistry » à l’Université d’Oxford (1990) avec John M. Brown, Walter Leitner a été recruté comme chercheur associé par le Max-Planck-Gesellschaft pour travailler dans le groupe « CO2-Chemistry » à l’Université Friedrich-Schiller de Jena (1992-1995) et dirigé par Eckhard Dinjus. C’est à ce moment qu’il a commencé à développer la chimie du CO2. En 1995, il rejoint le Max-Planck-Institut für Kohlenforschung comme chef de groupe et dirige plus tard les laboratoires techniques. Cet environnement lui permet d’établir son programme de recherche sur l’utilisation du CO2 supercritique comme solvant. En 2002, il succède à W. Keim à la tête de la chaire de Chimie technique et pétrochimie à l’Institut für Technische and Makromolekulare Chemie à Aachen. Depuis 2017, il dirige le département « Molecular Catalysis » du Max- Planck-Institute for Chemical Energy Conversion (MPI CEC) à Mülheim an der Ruhr.

Le professeur Leitner est un pionnier dans le domaine de la chimie du CO2, notamment pour son utilisation à la fois comme solvant alternatif supercritique mais aussi comme réactif. Par ailleurs, il est aujourd’hui reconnu internationalement dans le domaine de la catalyse pour la chimie durable, en particulier pour avoir astucieusement su associer la catalyse au génie chimique (réactions en flux continu, support sur phase liquide ionique ou multiphasique). Parmi ses travaux les plus marquants, on retiendra notamment l’hydrogénation du CO2 particulièrement en acide formique, ou la copolymérisation du CO2 avec un époxyde pour former des polyéthercarbonates, dont les produits sont de nos jours industrialisés et commercialisés par Covestro (anciennement Bayer Materials Science) sous le nom de Cardyon®.

Sa production scientifique

Est remarquable et compte plus de 350 articles (index h : 66) et environ 60 brevets (dont certains en cours d’exploitation). Il a coédité plusieurs ouvrages – Chemical Synthesis Using Supercritical Fluids (Wiley, 1999), Multiphase Homogeneous Catalysis (Wiley, 2005), Handbook ofGreen Chemistry, Vol 4-6 : Green Solvents (Wiley, 2010) – et a été éditeur scientifique du journal Green Chemistry (2004-2016). Ses travaux lui ont valu une renommée internationale (plus de 100 conférences et séminaires invités) et il a reçu en 2014 le prestigieux « European Sustainable Chemistry Award » de l’EuChemS.

Son engagement pour la communauté scientifique

Walter Leitner oeuvre également pour la communauté scientifique par l’organisation de conférences et séminaires dans le but de promouvoir la chimie verte. Il a été notamment chairman des conférences « Green Solvents », membre du comité d’organisation du 15e ICC (International Congress on Catalysis, Munich, 2013). Il a été choisi par l’EFCATS (European Federation of Catalysis Societies) pour organiser à Aachen le congrès Europacat 2019 – manifestation la plus importante autour de la catalyse en Europe –, et est également depuis 2019 le chairman des « Gordon Conference » sur la chimie verte. Walter Leitner a tissé de longue date des liens forts avec la communauté scientifique française. Il collabore depuis les années 1990 avec les Universités de Rennes, Toulouse et CPE Lyon, et a notamment été le coordinateur du projet européen SYNFLOW (2010-2014). Il est actuellement impliqué dans le programme doctoral européen Erasmus Mundus « SINCHEM » sur la chimie industrielle durable (partenariat 2012-2020 avec Lyon).


Archive des lauréats